AddThis Social Bookmark Button

Dans la nuit du 30 Juin au 1er Juillet, le pétrolier "Seafrontier" et le vraquier "Huayan Endeavour" entrent en collision dans le dispositif de séparation de trafic du Pas-de-Calais. Transportant 38 000 tonnes d'hydrocarbures, le "Seafrontier" se trouve désemparé et à la dérive suite à cette collision.

Le dispositif de protection de l'environnement est immédiatement déclenché. L'alerte reçue, la préfecture maritime de la Manche-mer du Nord mobilise le CEPPOL et demande l'appareillage au plus vite d'un bâtiment de soutien, d'assistance et de dépollution (BSAD). En parallèle de la mobilisation des moyens de lutte, le CEPPOL détermine une stratégie d'action pour répondre aux menaces potentielles liées à cet incident. Chargé de manière à pouvoir faire face à une pollution d'ampleur, le BSAD Argonaute se tient paré à appareiller avec à son bord une équipe du CEPPOL et du personnel de la cellule antipollution de la base navale de Brest.

La situation tendant à se normaliser rapidement, l'accent est mis sur la levée de doutes. Le "Seafrontier" retrouvant sa propulsion et sa capacité à manœuvrer, le BSAD et l'équipe de lutte antipol sont placés en alerte à 1 heure. Une fois le "Seafrontier" et le "Huayan Endeavour" en sécurité, l'alerte est levée.